L'arthose et les rhumathismes sont-ils plus douleureux en hiver ? – Cervi-Care™
Les rhumathismes sont-ils plus douloureux l'hiver ?

Arthrose, Arthrose cervicale, Cervicalgie, Cervicarthrose, Douleurs cervicales, lombalgie, Mal de dos -

Les rhumathismes sont-ils plus douloureux l'hiver ?

Dernière mise à jour le

La croyance populaire veut que les personnes atteintes de rhumatisme souffrent davantage par temps froid et humide. Les anciens affirment même que l’arthrose joue le rôle d’un baromètre : ceux qui en sont atteints peuvent prédire l’arrivée de la pluie ou du gel rien qu’à sentir la douleur s’intensifier dans leurs articulations. En Chine, les deux idéogrammes composant le mot « rhumatisme » signifient vent et humide. La TV japonaise, pour sa part, propose des émissions « météo-santé » qui préviennent les spectateurs des douleurs auxquelles ils doivent s’attendre quand le temps se gâche. Il est communément admis que les maladies articulaires font davantage souffrir l’hiver que l’été. Mais qu’en est-il ?

Arthrose plus douloureuse l'hiver : Mythe ou réalité ?

Cette question des effets induits par les changements de température sur les articulations agite la communauté scientifique depuis la nuit des temps. Déjà le père de la médecine, Hippocrate, s’était intéressé au phénomène il y a plus de 2.000 ans en Grèce.

Toute une série d’études ont été menées depuis pour vérifier si l’arthrose se réveille par temps humide et froid.

Des chercheurs ont ainsi suivi 129 adultes, de plus de 40 ans, souffrant d’une arthrose de la hanche. Ils les ont questionnés en ligne, à rythme régulier, sur une période de 90 jours, en croisant leur sensation de douleur avec les conditions météorologiques des jours correspondants. Ils en ont conclu que seules les variations de température importantes influencent le niveau de la douleur.

 

Arthrose du Genoux

 

D’autres chercheurs se sont intéressés à l’arthrose du genou. En 2016, ces scientifiques australiens ont suivi 345 personnes d’un âge moyen de 62 ans. Ils ont constaté des aggravations de la douleur au genou chez 171 participants durant leur étude, mais sans arriver à mettre cette évolution de la pathologie en corrélation avec la température, le taux d’humidité ou la pression atmosphérique. Il faut dire qu’il n’a jamais fait moins de 10 degrés pendant la période d’observation, les chercheurs sont bien conscients que leur travail pourrait donner des résultats différents s’il était mené sous des climats plus rigoureux.

Une étude de l’Université d’Utrecht, réalisée en 2014 dans 6 pays européens, s’est centrée pour sa part sur des patients atteints de fibromyalgie. Elle a montré que la température ou la pluie exercent une influence sur la douleur et la fatigue ressenties par ces patients, même si cette influence est difficilement « quantifiable ». Les chercheurs n’en affirment pas moins qu’il existe des facteurs physiologiques (indépendants de l’état psychologique) qui font que certaines personnes sont plus sensibles que d’autres aux changements de pression atmosphérique.

D’autres chercheurs australiens, intéressés par des personnes qui ont subi une fracture, ont également mis en lumière une augmentation de la douleur lorsque la pression atmosphérique devient plus basse.

Ces études, et d’autres encore, ont apporté des constats scientifique, mais elles n’ont pas formellement tranché le débat sur les liens entre la douleur rhumatismale et la météo.

 

Meteo hivernale en montagne et femme qui marche en ski

 

Une étude récente affirme l’existence d’un lien entre l’arthrose et les variations atmosphériques

Il en va tout autrement de l’étude publiée en 2019 par l’Université de Manchester dans la très sérieuse revue « Nature ». Cette recherche atteste et explique le lien entre douleurs articulaires et temps humide.

 

Les chercheurs britanniques ont constitué un échantillon de 13.000 personnes. Ils ont suivi pas à pas, pendant 6 mois, 2.658 patients souffrants d’arthrose, de fibromyalgie ou de polyarthrite rhumatoïde. Ces patients leur ont communiqué quotidiennement leur ressenti sur une application smartphone mise à leur disposition. L’application permettait d’évaluer le niveau des douleurs, tout en recueillant des données météorologiques grâce au GPS du téléphone. L’étude a mis en évidence que la combinaison d’un temps humide et d’une pression atmosphérique basse entraîne une augmentation de 20% des douleurs articulaires.

Le professeur William Dixon, qui dirige le Centre d’épidémiologie contre l’arthrite à l’Université de Manchester, est formel : l’humidité est défavorable à l’arthrose.

« Si vos risques de vivre des journées douloureuses sont de 5% lorsque le temps est moyen, ces risques sont de 6% les jours humides, venteux et froids ».

Le professeur va jusqu’à dire que ces résultats pourraient inciter les météorologues à donner des prévisions de douleur parallèlement aux prévisions de la qualité de l’air, afin d’aider les personnes souffrant de douleurs chroniques à « planifier leurs activités en effectuant des tâches plus difficiles les jours où la douleur est moins intense ».

 

Personne qui marche dans un temps hivernal et humide, sous la pluie

 

Comment expliquer l’impact du mauvais temps sur les douleurs articulaires ?

Plusieurs hypothèses sont avancées

Le froid est un stress majeur pour notre organisme. Nous sommes des homéothermes, c'est-à-dire que notre température est uniforme (37°) et quand cette température augmente, on parle de fièvre, il s’agit d’un phénomène d’inflammation. L’arrivée du froid et de l’hiver est propice au déclenchement de maladies.

Pour ce qui est de l’arthrose, le froid et l’humidité peuvent provoquer des variations de densité au niveau des structures qui entourent les os (comme les tendons ou les muscles), avec pour conséquence de créer des frictions au sein des articulations.

Autre explication possible: les conditions atmosphériques agissent sur les terminaisons nerveuses qui entourent l’articulation et modulent le ressenti de la douleur. Le froid et l’humidité mettraient ainsi «à cran » les récepteurs de la douleur. A contrario, une haute pression déclencherait une stimulation des récepteurs cutanés propre à inhiber la douleur, comme le fait l’acupuncture.

Dernière voie de compréhension du phénomène : les micro-vaisseaux capillaires se contractent avec le froid et réduisent l’apport sanguin aux muscles qui, privés d’oxygène, se durcissent, s’enflamment et deviennent douloureux. Tout le métabolisme ralentit et la sensation de douleur s’accentue. A l’inverse, la chaleur a pour effet de décontracter les muscles, de relâcher les tendons et d’augmenter la vascularisation, ce qui soulage les articulations.

Autant de manières d’expliquer que les symptômes de l’arthrose s’aggravent avec l’arrivée de l’hiver.

 

Temps gris et humide en hiver qui favorise les rhumathismes

 

Mais attention : si le froid et l’humidité renforcent les douleurs articulaires, le contraire n’est pas vrai. Un climat plus chaud et plus sec ne suffit pas à éliminer la pathologie. Sinon, les habitants de pays chaud ne souffriraient pas de rhumatisme, ce qui n’est évidemment pas le cas.

 

Enjeu : la dégradation du cartilage concerne une personne sur deux après 50 ans

L’arthrose ( qu’on appelle aussi communément « rhumatisme ») est l’affection articulaire la plus fréquente : plus de la moitié des gens en sont atteints, à des degrés divers, après 50 ans. Et vu le vieillissement de la population, on peut s’attendre à une augmentation du nombre de patients.

La maladie se caractérise par une usure prématurée du cartilage articulaire. Le cartilage est la structure élastique et résistante qui recouvre les extrémités osseuses pour leur permettre de se mouvoir. En cas d’arthrose, le cartilage se fissure, il s’effrite et finit par disparaître ; dès lors, les deux extrémités osseuses, qui se rencontrent dans l’articulation, se frottent l’une à l’autre et se déforment ; la membrane synoviale qui tapisse l’intérieur de l’articulation s’épaissit, le liquide synovial vient à manquer. Bref, le système perd son lubrifiant.

Et comme les articulations servent à réaliser des mouvements, il devient difficile de bouger et de se déplacer. Le corps se raidit, la mobilité provoque des douleurs, surtout le matin au réveil, avec parfois certaines formes de crissement des os.

La maladie atteint souvent les genoux, les hanches, les épaules, les mains et la colonne vertébrale. Mais ce sont surtout les vertèbres cervicales qui sont sujettes à l’arthrose en raison de la très grande sollicitation du cou au quotidien et aussi à cause du poids de la tête. Dans 75% des cas d’arthrose, la colonne cervicale est touchée.

 

Arthrose cervicale au niveau du cou d'un homme

 

L’uncarthrose est une arthrose particulière localisée dans les cervicales. Elle entraîne des douleurs qui peuvent parfois descendre jusque dans les bras. Si rien n’est fait pour prendre cette pathologie en charge, elle peut entraîner des complications.

L’omarthrose, localisée dans l’épaule, engendre des douleurs chroniques, une raideur physique et peut même provoquer une impotence fonctionnelle.

Certains facteurs prédisposent à la maladie : l’âge, bien sûr, mais aussi le sexe (les femmes sont plus souvent atteintes que les hommes) et l’hérédité. Parmi les facteurs de risques, les pratiques d’activités sportives trop intenses comme le football, le judo ou la boxe sont à épingler. Il y a également la pratique de la danse classique qui expose les hanches. Les métiers de maçon, d’agriculteur et de déménageur augmentent aussi les risques d’arthrose.

Et puis il y a le surpoids qui augmente les contraintes mécaniques exercées sur les articulations, particulièrement celle du genou : une perte de poids de 10% peut réduire de plus de 28% le handicap d’une personne obèse souffrant d’une arthrose du genou. La perte de quelques kg suffit à diminuer la douleur et améliore la récupération fonctionnelle.

 

On ne peut pas guérir l’arthrose, mais on peut prévenir la maladie

Aucun traitement n’a encore réellement fait ses preuves pour ralentir la dégradation du cartilage ou le régénérer. La recherche travaille sur le sujet, notamment à partir des cellules souches. Mais jusqu’ici, on se contente de soulager les symptômes de l’arthrose, comme la douleur et la raideur.

On peut administrer des traitements médicamenteux, tels des antalgiques (paracétamol et anti-inflammatoires) . On peut réaliser des infiltrations de corticoïdes, on peut utiliser des patchs ou des gels. Parfois on est contraint d’opérer certains patients pour leur placer une prothèse de la hanche ou du genou.

Côté remèdes naturels, on peut recourir à la phytothérapie, en se servant en particulier de l’ortie (qui est un anti-inflammatoire naturel), des feuilles de cassis, de la prêle, de l’arnica des montagnes. Ou encore de l’huile essentielle de gaulthérie, ou de la griffe du diable. On peut également faire appel à la kinésithérapie pour aider à récupérer une certaine mobilité de l’articulation touchée par l’arthrose.

 

Alimentation saine et variée, beaucoup de légume, pour soulager l'arthrose et les rhumathismes

 

Sans oublier de soigner l’alimentation : tout le monde sait, par exemple, que le curcuma est bon pour les articulations. Une alimentation riche en oméga-3, en cuivre, en vitamine C et E et en oligo-éléments antioxydants nourrit les tissus des articulations et contribue donc à les protéger. Il faut boire suffisamment (1,5 L) car la déshydratation est une cause majeure de douleurs inflammatoires mécaniques.

 

Comme le dit l’adage populaire : mieux vaut prévenir que guérir.

Un conseil pour éviter de gripper ses articulations : ne pas rester assis, sans bouger, car l’immobilité en-raidit l’organisme. Moins on bouge, plus les articulations se fragilisent et deviennent instables, avec une dégradation du cartilage à la clé. Car le manque d’activité physique diminue l’irrigation sanguine des muscles et réduit l’oxygénation du cartilage. Se donner du mouvement, c’est activer son métabolisme, stimuler sa circulation sanguine et la production de liquide synovial.

Marche, vélo et natation sont les activités d’endurance les plus conseillées, à pratiquer minimum deux fois par semaine.

De nombreux exercices peuvent aussi être réalisés chez soi pour améliorer les fonctions articulaires et les aider à mieux supporter l’effort, en renforçant les muscles qui les entourent. Voyez en particulier l’article de Cervi-Care sur le Yoga. Et les accessoires qui vous aideront à pratiquer en douceur l’étirement de vos muscles, de votre colonne vertébrale, de votre cou etc. Étirer ses muscles permet de les renforcer et de protéger ses articulations.

Mais ce qu’il faut surtout éviter, c’est de prendre de mauvaises postures. Travailler penché à un bureau devant un ordinateur, par exemple, contracte les muscles du dos et du cou, voire de l’épaule, ce qui a pour effet d’altérer les articulations concernées. Il faut absolument détendre ces muscles et leur permettre de retrouver leur souplesse. L’entretien de la mécanique vertébrale et articulaire est capital. Les accessoires de Cervi-Care, comme le hamac de relaxation cervicale par exemple, vous y aideront.

 

Hamac cervical pour soulager les douleurs et l'arthrose au cou

 

La sédentarité, les positions de travail incorrectes, la fatigue… sont autant de facteurs qui aggravent les tensions musculaires. De quoi mettre les articulations à rude épreuve et risquer de provoquer la dégénérescence du cartilage, donc l’arthrose.

Il faut savoir aussi que les conséquences des mauvaises postures sont aggravées par le froid, parce que les muscles sont doublement traumatisés. Ils risquent de se bloquer, comme dans le cas du torticolis ou du lumbago par exemple. Il faut donc particulièrement prendre soin de son corps pendant l’hiver. Adopter les bonnes postures (le dos bien droit, la tête haute, …), éviter certains gestes ou certaines habitudes (comme de porter des talons hauts qui favorisent l’arthrose du genou). Et maintenir les articulations au chaud, quitte à prendre un bon bain après des exercices en extérieur.

Il est urgent de changer notre attitude face à la maladie

Les pathologies articulaires ne sont pas inéluctables. Entretenons notre bonne santé par un programme de vie qui respecte notre corps et ses besoins en matière de repos, d’alimentation, d’oxygénation et de… relaxation.

Sur Cervi-Care, vous pouvez-trouvez les produits qui peuvent soulager votre pathologie (par exemple arthrite) en faisant une recherche.

Ne vous privez pas de ce qui vous aidera à atteindre cet objectif !


Inscription à la newsletter

Infos, codes promo et nouveaux produits. Directement dans votre boîte de réception.

Articles similaires

3 commentaires

  • Mina

    Nice product!

  • Danica

    Nice!

  • Rabir salah

    J’ai une discopathie lambaire étagée.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Ok
Ce site utilise des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible. En savoir plus
Top